Le “Souffrant” retourne à l’école

undp
Le "Souffrant" dans l'apprentissage: (Photo/M.Trigueiros)

En ce qui concerne la prévalence du VIH /SIDA, à Sao Tomé et Principe, il à noté que la prévalence du VIH dans la plupart des enquêtes est supérieure à 1% chez les femmes enceintes. Les informations disponibles concernant la prévalence de l’infection au VIH indiquent qu’elle a connu une augmentation progressive.

Un effet, une première  étude de séroprévalence du VIH/SIDA effectuée en 2005 ainsi qu´une deuxième étude chez les femmes enceintes a montré une prévalence de l’infection de 1,5%, indice d’une augmentation de 15 fois superieur sur une période de 4 ans.

A retenir

  • 80 enfants vulnérables bénéficiaires du projet de Distribution de matériels scolaires et de denrées alimentaires;
  • Les enfants bénéficiaires se divisent entre 60 enfants sur l’île de São Tomé et 20 sur l’île de Príncipe;
  • Selon l’Enquête sur les Budgets/Dépenses des Familles (IOF) réalisée en 2010, 66,2% de la population totale de São Tomé et Principe est pauvre, autrement dit, environ 2/3 de la population vit avec moins de 30 000 Dobras par jour,
  • Selon l’Enquête Démographique et Sanitaire de 2008/2009, le taux de prévalence du VIH dans la population entre 15 et 49 ans se situe à 1,5% et même à 2.2% dans la Région Autonome de Príncipe.

Face à cette évolution croissante de l´épidémie, le Pays a décidé de renforcer ces actions de lutte contre le VIH/SIDA.

«Je suis la voisine la plus proche, je m’occupe de alimentation des enfants. Je leur donne de l’attention surtout lorsqu’ils sont en train de se bagarrer. Le petit a 8 ans et il n’a jamais été à l’école. On l’appelle dans la Communauté le «Souffrant », tellement il est battu par ses parents »,  raconte Mme Rosa, voisine de cette famille.

Avec le support du PNUD, sous bénéficiaire principal de ce projet, et aux ressources allouées à l’ONG STEP-UP, le « Souffrant » ainsi que 79 autres enfants (dont 20 de la Région Autonome de Príncipe) ont pu bénéficier de provision et de distribution de denrées alimentaires et de matériels scolaires. Selon l’Enquête sur les Budgets/Dépenses des Familles (IOF) réalisée en 2010, 66,2% de la population totale de São Tomé et Principe est pauvre, autrement dit, environ 2/3 de la population vit avec moins de 30 000 Dobras par jour (soit moins de 1.25 euros).

L’ONG STEP-UP au titre du projet GFATM (Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis and Malaria), fait de la surveillance aprés des bénéficiaires en ce qui concerne la maintenance, la provision et la distribution des denrées alimentaires et des matériels scolaires. C’est dans ce cadre que des visites domiciliaires sont menées et que l’information sur les maladies sexuellement transmissibles est disséminée au sein des familles bénéficiaires. Une orientation leur est donnée en matière de nutrition, et d’éducation hygiénique et du bien-être.

Voici quelques résultats positifs obtenus par cette ONG pendant la période comprise entre Juillet et Septembre 2013:

a) distribution du matériel didactique et alimentaire à hauteur de 83,4% à Sao Tomé et 100% pour la Région Autonome de Principe;

b) le taux de fréquentation des écoles pour les enfants couverts par le projet a augmenté considérablement;

c) achat et distribution d’uniformes aux enfants bénéficiaires et à l’école, pour un taux de réalisation de 98%.

Les enfants vulnérables ont pu profiter de ce projet, dont les responsables sont souvent les grand-mères ou des mères célibataires à faible revenu qui ne pouvaient faire face à toutes ces dépenses car étant elles-mêmes dans un état de survie.

Au cours d’une visite dans le district de Cantagalo, on a pu mesurer la joie des enfants bénéficiaires. Le “Souffrant”,  jeune garçon de 8 ans, a le sourire. Il est content de pouvoir enfin aller à l’école comme tous les enfants de son âge.

Ce projet permet donc de voir des enfants comme le « Souffrant » de prendre goût à l’école, de pouvoir manger à leur faim et de tendre vers un avenir meilleur. Il a ainsi amélioré leur sécurité alimentaire et s’occupe également de la prévention du VIH/SIDA à leur famille. Si les enfants vont bien alors un pays va bien.