Nos objectifs

Alt text for imageCampagne de pulvérisation, Riboque Capital (photo:PNUD STP/Fond Mondial)

Le taux de croissance économique de Sao Tome et Principe était de 4.5% en 2010 selon les estimations du Fonds Monétaire International (FMI). Malgré ce taux moyen, plus d´une personne sur deux continue à vivre en deçà du seuil de pauvreté. Dans le souci de lutter contre la pauvreté, la PNUD travaille avec l’Observatoire de la Réduction de la Pauvreté. En collaboration avec les autres agences du Système des Nations Unies, le PNUD appuie les autorités nationales dans la mise en place d’un guichet unique afin de faciliter les transactions commerciales et de créer des entreprises génératrices d’emplois dans les milieux pauvres.

Pour permettre au pays d’adhérer à la Déclaration de Paris, le Bureau appuie les autorités dans la mise en place d’une stratégie de Coordination de l’Aide, ce qui permettra aux différents bailleurs et aux autorités de respecter les principes de la Déclaration de Paris. La Coordination de l’Aide sera facilitée une fois que le pays aura adhère à la Déclaration de Paris. C’est dans ce souci que le PNUD a pris les devants pour coordonner les actions des différents partenaires au développement en collaboration avec les autorités.

Avec l’élaboration du Document de Stratégie de la Réduction de la Pauvreté, les autorités nationales ont mis en place un plan stratégique pour le secteur de la santé avec des objectifs bien spécifiques tels que l’amélioration de la couverture vaccinale et la disponibilité des médicaments antirétroviraux. Les autorités ont aussi élaboré un plan stratégique à long terme pour la lutte contre le paludisme et un autre pour la prévention contre le VIH/SIDA. Le PNUD est le principal partenaire de mise en œuvre du Fonds Global pour la lutte contre le Sida, la Tuberculose et le paludisme à Sao Tome et Principe et continuera à supporter les plans de lutte contre le paludisme et collaborera avec les autres agences pour l’assurance d’un programme compréhensif et durable pour la prévalence contre le VIH/SIDA.

Lutte contre le VIH/Sida, le Paludisme et la Tuberculose

Alt text for imageDes tests volontaires VIH.SIDA

La Stratégie Nationale de la Lutte contre le Paludisme a été conçue et publiée en 2003 par le Ministère de la Santé avec l’appui de l’OMS. Dès lors, les bailleurs de fonds avaient enfin un cadre pour concertrer leurs efforts contre ce fléau qui, par ailleurs, devenait de plus en plus virulent à cause de la résistance croissante du vecteur aux traitements couramment utilisés, entraînant des conséquences dramatiques dans différents secteurs: santé, éducation, économie, politique. C’est ainsi que le Fonds Mondial de Lutte contre le VIH/Sida, le Paludisme et la Tuberculose a été sollicité par le pays et a finalement signé un accord de coopération avec le Ministre de la Santé et le PNUD, en tant que gestionnaire.

Son partenaire national est le Centre National des Endémies. Il a pour but de contribuer à l’éradication de le Paludisme qui est, par ailleurs, attaqué sur trois fronts selon la stratégie nationale : lutte contre le moustique, meilleure prise en charge des malades et développement de la prévention.
Le Fonds Mondial/PNUD s’implique dans:

  • La prise en charge des cas au niveau des services de santé et des activités communautaires avec introduction d’un nouveau protocole de traitement (artesumate + amodiaquine), et fourniture de matériels pour la prévention;
  • Sensibilisation à la prévention et au traitement, communication pour changer les comportements, distribution de moustiquaires imprégnés de longue durée et de kits d’imprégnation;
  • Renforcement des capacités institutionnelles : formation, acquisition de matériels (ambulances, matériel de laboratoire), formation à la gestion et à la planification;

Après deux ans de la mise en œuvre du programme, de nombreux défis ont été relevés et les résultats sont très encourageants : 70% de baisse des taux de prévalence.

A la mi-2007, on a rentré dans la phase de recherche systématique du « psalmodium » dans toute la population et de traitement personnalisé des porteurs. Cela a été l´occasion d´exceller dans la communication. En effet, un accord de toute la population était requis dans cette phase délicate.

En 2008, le pays a pu bénéficier d’une nouvelle mobilisation du Fonds Mondial visant à l´élimination du paludisme à STP, axée fondamentalement sur des actions de communication pour le changement de comportement dans les écoles et dans la communauté et renforcement des capacités institutionnelles, appuyé par la réalisation des études de support.

De même, pour contribuer au renversement de la progression de l’épidémie de VIH/SIDA, il a été également possible pour le pays de bénéficier d’une ressource mobilisée au Fonds Mondial et qui a permis jusqu’ici d’appuyer le PVVIH et l´action de sensibilisation contre la discrimination du PVVIH à S. Tomé e Principe.

Les activités de ces programmes convergent vers le premier effet UNDAF 2007-2011 : «D´ici à 2011, un grand nombre de population vulnérable aura accès aux services sociaux de base de qualité».