Discours prononcé par le Coordonnateur Résident lors de la Cérémonie d'Ouverture de l'atelier de validation du rapport de l'évaluation à mi-parcours de l'UNDAF

3 avr. 2014

SON EXCELLECE MONSIEUR DE LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

SON EXCELLENCE MADAME LA MINISTRE DE LA SANTÉ ET DE L’ACTION SOCIALE

SON EXCELLENCE MADAME LA MINISTRE DE LA JUSTICE

SON EXCELLENCE MONSIEUR LE MINISTRE DE L’EDUCATION

MESSIEURS & MESDAMES DIRECTEURS DES DEPARTEMENTS MINISTERIELS

MESSIEURS & MESDAMES REPRESENTANTS DES ONG

CHERS COLLEGUES DU SYSTEME DES NATIONS UNIES

C’est avec un immense plaisir que je prends la parole ce matin au nom du Système des Nations Unies et à mon nom propre, à l’occasion de de la validation du rapport à mi-parcours de l’UNDAF 2012-2016 pour vous souhaiter la bienvenue dans les locaux des Nations Unies.

En 1997, dans le contexte de la réforme des Nations Unies, le Plan-Cadre des Nations Unies pour l’assistance au développement, communément appelé UNDAF, a été adopté en tant qu’instrument de planification stratégique pour l’ensemble de l’Organisation en réponse à l’appel du Secrétaire général en faveur d’une vision et d’une Stratégie cohérente en vue d’une approche unifiée des objectifs communs de développement au niveau des pays.

Ici à São Tomé, le processus de formulation de cet UNDAF, qui couvre la période 2012-2016, s’était déroulé dans un cadre participatif avec l’implication des partenaires nationaux, sous les auspices du Gouvernement et de l’équipe pays. Ce cadre stratégique, signé par le Gouvernement et le Système des Nations Unies le 17 Février 2011, est la réponse collective et intégrée des Nations Unies aux priorités nationales définies dans la Stratégie nationale de réduction de la Pauvreté.

Cet UNDAF est mis en œuvre à travers un document opérationnel qui est le plan d’action de l’UNDAF et signé par le Gouvernement et les agences du SNU le 16 Décembre 2011.

Excellences

Dans le cadre de cette évaluation à mi-parcours, les cadres nationaux et ceux du Système des Nations Unies se sont retrouvés le Lundi 31 mars pour travailler sur le document qui vous sera présenté par le consultant. Nous SOMMES aujourd’hui à moins de 3 ans de la fin de notre document de coopération avec le pays. Il va donc de soi que cette évaluation nous permet de savoir :

  • où en sommes-nous?
  • Comment rendre notre intervention plus performante dans les années à venir ?
  • Pour la période 2014-2016 ce que nous devrions mieux faire pour l’atteinte des objectifs nationaux et internationaux tels que les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ?
  • En tirer des leçons pour la formulation de l’UNDAF pour le prochain cycle.

Un des  constats fait par l’équipe technique et consultant est la faible appropriation nationale de ce document de coopération entre le Système des Nations Unies et São Tomé et Principe dans sa mise en œuvre et son suivi. Puisque beaucoup ne s’y réfèrent pas à cet instrument, qui permet de jauger l’assistance du Système des Nations Unies à São Tomé & Principe. 

J’aimerais rappeler que le processus de formulation du nouvel UNDAF pour le cycle 2017-2021 devrait commencer dans moins d’un an.  Dans le souci d’améliorer cette appropriation, je souhaiterais que les cadre nationaux fassent parties intégrantes des groupes thématiques UNDAF existants. Cette implication, comme recommandée par l’équipe technique du 31 mars, permettra une meilleure connaissance de l’outil UNDAF afin qu’il soit bien mis en œuvre et suivi.

Permettez-moi de jeter quelques jalons pour que nous en réfléchissions tous ensemble dans le contexte de la préparation pour le nouveau UNDAF.  Aujourd’hui, les jeunes représentent un plus de 1.3 milliards dans le monde soit la taille de la population de la Chine ou de l’Inde. A São Tomé et Principe 61% de la population ont moins de 25 ans. Si nous ne faisons RIEN pour sauver cette couche de la société de la misère, du manque d’emploi décent, de l’injustice alors le développement durable serait difficile à atteindre et le futur serait sombre. 

Un autre non moins important est la situation des objectifs du Millénaire pour le Développement. Un aperçu rapide sur les OMD nous laisse un peu perplexe. Puisque certaines cibles pour lesquelles nous avions des espoirs de les atteindre demeurent encore une grande priorité. Si toutefois rien n’est fait en vue de consolider les résultats encore fragiles alors il serait difficile de les atteindre.

Nous sommes à moins à 647 jours de l’horizon 2015. Alors si rien n’est fait la probabilité d’atteindre ces cibles serait nettement inférieure à 0 donc difficile. J’aimerais réitérer la disponibilité du Système des Nations Unies à accompagner le pays dans la poursuite de recherche des solutions idoines pour l’établissement d’un mécanisme de suivi-évaluation des plans, stratégies et politiques de développement y compris l’UNDAF.

J’aimerais terminer mes propos en lançant un appel à tous en ces termes : nous devrions revitaliser le mécanisme de concertation entre le Gouvernement et le SNU dans le cadre du comité de pilotage de l’UNDAF.

JE VOUS REMERCIE POUR VOTRE DISPONIBILITÉ.