Allocution de Monsieur le Coordonnateur Résident des Nations Unies à Sao Tomé et Principe pour l’occasion de la Cérémonie

15 oct. 2013

“Table Ronde pour l’Adoption et la signature du Pacte National pour la mise en œuvre du Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture en Afrique”

São Tomé, 15 Octobre 2013

  • Son Excellence Monsieur le Premier Ministre et Chef du Gouvernement 
  • Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Pêche et du Développement Rural;
  • Excellences, Mesdames et Messieurs membres du corps diplomatiques;
  • Monsieur le Secrétaire-général Adjoint de la Communauté Économique des États d’Afrique Centrale
  • Monsieur le représentant de l’Agence de Planification et de Coordination du NEPAD ;
  • Chers collègues du Système des Nations Unies;
  • Mesdames et Messieurs,

Je voudrais en premier lieu, au nom du Directeur-Général de la FAO, Monsieur Graziano Da Silva et du Coordinateur Sous Régional de la FAO pour l’Afrique Centrale, transmettre nos félicitations au Gouvernement pour la cérémonie d’aujourd’hui.

Elle marque un pas important dans la mise en œuvre du programme détaillé de Développement de l’Agriculture en Afrique, à São Tomé e Príncipe. En fait, avec ce seul acte de la signature d’aujourd’hui, toutes les parties intéressées, à savoir le Gouvernement, les organisations des agriculteurs, la société civile, le secteur privé et les partenaires techniques et financiers, s’engagent à travers ce Pacte à promouvoir le développement du secteur agricole dans le pays, en alignant leurs interventions sur les priorités nationales, en fournissant plus de ressources financières et techniques au secteur, afin de mettre en pratique les Objectifs de Développement du Millénaire.        

La cérémonie d’aujourd’hui n’aurait pas été possible s’il n’y avait pas eu un fort engagement de la part du Gouvernement saotoméen, la participation effective et la cohésion de l’équipe sectorielle avec un appui technique et financier de la CEEAC, de la FAO et de l’Institut International de recherche sur les Politiques de l’Alimentation qui ont réalisé conjointement une analyse exhaustive du secteur agricole, une révision des politiques et programmes qui ont permis de clarifier les options politiques et les axes prioritaires de l’intervention du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire et nutritionnel.

Le long processus qui a prévalu, a été une opportunité de plus pour l’équipe multisectorielle du pays, et a réuni toutes les parties intéressées afin de mettre en place des mécanismes et des structures de consultation et de participation des différents acteurs, qui nous ont permis de développer des options qui, si elles n’ont pas été acceptées par tous, elles ont eu le mérite de gagner un large consensus.

Principalement pour ces raisons, la FAO, qui a eu la responsabilité d’appuyer cette première phase du processus, aimerait transmettre au Gouvernement ses sincères remerciements pour les résultats obtenus. Ces remerciements s’adressent également au Centre National pour la Promotion de l’Artisanat, au NEPAD/UA, à la CEEAC, au Point Focal National, aux membres des équipes multisectorielles, aux organisations de producteurs, à la société civile, au secteur privé et aux partenaires de développement.

L’étape  que nous avons à surmonter, nous met  face à d’autres défis à savoir, la formulation du programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnel. La FAO s’est déjà engagée avec le gouvernement et tous les intervenants nationaux. Nous sommes convaincus que, avec le même engagement des parties intéressées, et en premier lieu, celui des partenaires de développement, qui ont été impliquées dans la première phase, le pays sera dans les prochains mois un outil efficace pour le dialogue en vue d’accroître les investissements dans le secteur agricole pour la croissance et la réduction de la pauvreté.

Je vous remercie de votre attention.