Sao Tomé-et-Principe est en train de suivre les recommandations du cadre de Sendai

8 juin 2016

Il a été validé aujourd'hui, le 8 Juin, dans la salle de conférence du système des Nations Unies à Sao Tomé, le «Plan d'action national pour le renforcement des capacités pour la réduction des risques de catastrophe à Sao Tomé-et-Principe," d'ici à 2019.
Grâce à ce plan d'action, le pays souhaite obtenir une réduction substantielle des pertes et des risques liés aux catastrophes en termes de vies humaines, des dommages aux moyens de subsistance et de la santé des personnes, ainsi que des violations liées aux biens économiques, physiques, sociaux, culturels et environnementaux des individus, des entreprises et des collectivités.
Le ministre de l'Administration Interne, Arlindo Ramos, qui a présidé la cérémonie d’ouverture, a déclaré que ce document est l'engagement de la préoccupation de son gouvernement de renforcer les capacités du pays dans la mise en oeuvre des actions contenues dans le plan d'action national.
«Ce cadre va développer des actions pour réduire les risques, pour éviter la création de nouveaux risques et pour améliorer la préparation à une réponse plus efficace aux catastrophes”.
Toujours selon le ministre de l'Administration Interne, le gouvernement comprend les actions prioritaires définies dans le présent document et s’engage à renforcer ses capacités de mise en œuvre en cohérence avec le suivi du cadre de Sendai  (2015 à 2030).
Ce renforcement des capacités passera par la mise en œuvre de quatre priorités: 1: la compréhension des risques de catastrophe; 2: le renforcement de la gouvernance et des institutions pour gérer les risques de catastrophes; 3: Investir dans la résilience économique, social, culturel et environnemental et 4: Renforcer l'état de préparation face aux catastrophes de manière efficace et « mieux reconstruire ».


Avec la validation du plan se termine une étape et en commence une autre pour la mobilisation des fonds. Le plan d'action national est estimé à environ 11 millions de dollars américains. Plus de la moitié des fonds pour leur mise en œuvre est déjà mobilisé à travers des projets mis en œuvre par le PNUD et la Banque mondiale.
Toutefois, pour la mobilisation du montant restant, le coordonnateur résident du système des Nations Unies à Sao Tomé-et-Principe, José Salema, a manifesté l’entière disponibilité de son institution pour faire du"plaidoyer auprès des autres partenaires."