Du neuf dans la lutte contre la tuberculose à Sao Tomé et Principe

23 mars 2016

Accord entre la Ministre de la Santé Maria de Jesus Trovoada et Assistant du Representant Résident du PNUD en São Tomé et Principe dans la cérémonie de remise d´enquipements.

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose, le PNUD, a organisé ce 23 mars 2016 une cérémonie de remise d’équipements d’une valeur globale de 66 000 dollars américains acquis grâce à la subvention Tuberculose du Fonds mondial pour la période 2015-2017. La Ministre de la santé Maria de Jesus Trovoada dos Santos est venue assister à la cérémonie qui a eu lieu à l’Hôpital central Aires de Menezes, en compagnie de l’Assistant du Représentant Résident du PNUD Antonio Viegas ; du Directeur du Centre National des Endémies, Dr Carlos Bandeira ; du Coordonnateur du Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT), Dr Gilberto Frota ; du Directeur de l’Hôpital Aires de Menezes, Dr Eduardo Monteiro et de la Gestionnaire du Projet PNUD/Fonds mondial, Mamisoa Rangers.

Parmi ces équipements figurent 6 ordinateurs portables, un vidéo projecteur, une imprimante multifonctions et un véhicule tout terrain destinés au PNLT; 7 appareils de climatisation destinés aux pharmacies des Centres de santé de district ; et une autre imprimante multifonctions destinée à l’Institut des Sciences de la santé. D’après Dr Gilberto Frota, l’acquisition du véhicule se justifie par le fait que « le service qui s’occupe de la supervision terrain vérifie l’application du programme à petite échelle, à taille humaine ». Le véhicule permettra ainsi au PNLT de « couvrir plus de zones donc plus de malades». Le Programme s’achemine en effet vers une stratégie de recherche active de cas potentiels ou effectifs de tuberculose.

Mais le véritable héros du jour est un … robot !

Ce 23 mars aura été un jour décisif pour la lutte contre la tuberculose à Sao Tomé et Principe. En effet, parmi les équipements figure un appareil GeneXpert. Ce matériel de pointe est utilisé pour diagnostiquer les cas de tuberculose et pour dépister les cas de tuberculose multi résistante. Pour ces derniers, à ce jour, le PNLT envoie les échantillons au Laboratoire du Centre Pasteur de Yaoundé, au Cameroun. Il faut ensuite patienter en moyenne 45 jours avant d’obtenir les résultats du test moléculaire. Un tel délai n’est pas toujours compatible avec l'urgence de la situation, particulièrement pour les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) et testées positives à la tuberculose. Pour ce qui concerne le diagnostic de la tuberculose, selon UNITAID, l’examen des crachats au microscope ne permet en général de dépister que 30% des patients souffrant effectivement d'une tuberculose pulmonaire (donnée de 2013).

Ces obstacles devraient ainsi être largement dépassés grâce à l’installation au sein de l’Hôpital de ce tout nouveau robot. Recommandé par l’Organisation mondiale de la santé, le GeneXpert offre la possibilité de faire des tests beaucoup plus sensibles que l’examen microscopique des frottis de crachat. Sa sensibilité est supérieure à 90% et sa marge d’erreur quasi nulle. Malgré sa haute technicité, il est simple d’utilisation. Un technicien de laboratoire est à même de s’en servir à l’issue de quelques heures de formation.

Plus de cas diagnostiqués = plus de vies sauvées                            

 L’acquisition du GeneExpert constitue ainsi une réelle avancée pour la lutte contre la tuberculose à Sao Tomé et Principe. Son efficacité a largement été prouvée dans le diagnostic de la tuberculose au sein de la population générale comme dans le dépistage de la tuberculose multi résistante, particulièrement pour les PVVIH. “ Avec la microscopie, certaines formes de tuberculose pouvaient ne pas être détectées par un technicien. Si, par le passé, nous trouvions 20 cas, aujourd’hui, grâce au GeneXpert, nous en détecterons 30. Nous allons détecter plus de cas donc nous soignerons plus de gens. Pour nous c’est un moment très important dans la lutte contre la tuberculose”, concluait, enthousiaste, le Dr Gilberto Frota.