Evaluation à mi-parcours de l’UNDAF 2012-2016

3 avr. 2014

Atelier de validation du Rapport d´evaluation conjointe à mi-parcours de l´UNDAF avec la partie nationale: (Photo/G.Monteiro)

Le plan de Suivi–Évaluation du Plan Cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement (UNDAF) prévoit l’année 2014 pour l’évaluation à mi-parcours de l’UNDAF. Rappelons que l’UNDAF 2012-2016, signé par les agences résidentes et non résidentes [1], est l’instrument de planification stratégique pour l’ensemble de l’Organisation en faveur d’une vision et d’une stratégie cohérente en vue d’une approche unifiée des objectifs communs de développement au niveau de Sao Tomé et Principe.

L’équipe pays a, au cours de sa retraite de Novembre 2013, recommandé que le déroulement de l’exercice soit effectué en Mars 2014. En effet, le consultant international, Monsieur Baba Top, a été recruté pour une période d’un mois et une semaine (10 Mars-16 Avril) et a travaillé conjointement avec l’économiste du PNUD, Monsieur Idrissa Sanoussi. Il a d’abord consulté tous les documents pertinents afin de prendre connaissance de l’avancée des produits et des effets prévus dans l’UNDAF.

Ainsi, un plan de travail pour cette consultation a été soumis à l’équipe pays. C’est dans ce contexte que le consultant a rencontré les partenaires clés des différentes agences. On peut notamment citer le fait que furent rencontrés des représentants des ministères dont ceux de la Justice, des Affaires Étrangères, du Plan et des Finances ou de l’Éducation, des institutions spécialisées dans le domaine de la santé notamment et des ONG telles que la Croix Rouge.

Dans le souci de faciliter la disponibilité des personnes et des données, l’équipe pays a tenu sa première retraite de l’année 2014, au cours de laquelle le consultant a présenté les premiers résultats après deux semaines de travail et en recueillir les informations auprès des agences en vue de la préparation de l’évaluation conjointe avec la Partie Nationale prévue pour le 31 Mars. Au cours de cette retraite, le Coordonnateur Résident, Monsieur José Salema a rappelé qu’il est indispensable que nous commencions à penser à la façon de pouvoir améliorer notre manière de collaborer ensemble. Ceci pour une meilleure performance dans les années à venir. Il a terminé en précisant que le prochain cycle de l’UNDAF 2017-2022 doit être basé sur la jeunesse.

Atelier technique sur la présentation des premiers résultats de l’UNDAF du 31 Mars 2014

L’atelier technique sur la présentation des premiers résultats de l’UNDAF s’est tenu le Lundi 31 Mars dans la salle de Conférence des Nations Unies en présence d’une part du staff des Nations Unies et d’autre part, des techniciens des institutions ministérielles, des ONG et du secteur privé. Cette rencontre s’est déroulée en trois temps.

Dans un premier temps, le Coordonnateur Résident du SNU, Monsieur José Salema, a ouvert l’atelier par des mots de bienvenue à l’égard de l’ensemble des participants et a rappelé « l’objectif primordial de l’atelier [qui] est de compléter avec vous, dans les groupes de travail qui seront tout à l’heure formés, les informations manquantes, et renforcer les analyses ». Puis, le Consultant a présenté à l’assistance les premiers résultats de l’évaluation à mi-parcours de l’UNDAF. Dans ce cadre, il a développé les cadres et objectifs de la revue, le contexte et la méthodologie utilisée. Il a précisé les progrès qui ont été réalisés depuis 2012 en détaillant chacun des quatre effets de l’UNDAF, puis il a présenté l’analyse de la pertinence et de l’efficacité de l’UNDAF. A la fin de sa présentation, il a fait quelques recommandations au Gouvernement seul, au Système des Nations Unies seul, et aux deux combinés. Dans le dernier cas, on peut citer la volonté d’organiser régulièrement des revues annuelles de mise en œuvre de l’UNDAF.

Dans un deuxième temps, quatre groupes de travail ont été constitués, le premier sur la Gouvernance, le deuxième sur la Lutte contre la Pauvreté, le troisième sur les Services Sociaux de Base et le dernier sur l’Environnement afin d’examiner en détail le premier draft de cette évaluation et en faire des commentaires.

Dans un troisième temps, la session plénière a vu la restitution des résultats des différents groupes thématiques et a provoqué une discussion et un débat enrichissant. Les différents partenaires des Nations Unies ont pu participer à cette révision importante. Les résultats obtenus ont été pris en compte dans l’écriture du rapport.

Atelier de validation du rapport de l’évaluation à mi-parcours de l’UNDAF

Le deuxième atelier avec la participation des partenaires représentants les institutions ministérielles, les ONG et le secteur privé d’une part et avec celle du staff des Nations Unies d’autre part, a été organisé dans la salle de Conférence des Nations Unies le Jeudi 3 Avril 2014. Dans ce cadre, Monsieur Francisco Fernandes, en représentation de Madame la Ministre des Affaires Etrangères, absente du pays, a rappelé l’importance de ce processus et de révision tout en soulignant la nécessité d’associer la partie nationale à ce travail.

Pour sa part, Monsieur José Salema, Coordonnateur Résident du SNU, a rappelé que cette évaluation permet de voir où « nous [en] SOMMES aujourd’hui à moins de 3 ans de la fin de notre document de coopération avec le pays. Il va donc de soi que cette évaluation nous permet de savoir :

  • Où en sommes-nous?
  • Comment rendre notre intervention plus performante dans les années à venir ?
  • Pour la période 2014-2016 ce que nous devrions mieux faire pour l’atteinte des objectifs nationaux et internationaux tels que les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ?
  • En tirer des leçons pour la formulation de l’UNDAF pour le prochain cycle. »

De plus, il a tenu à faire partager une recommandation importante ressortie des discussions de l’atelier précédent à savoir « que le processus de formulation du nouvel UNDAF pour le cycle 2017-2021 devrait commencer dans moins d’un an. Dans le souci d’améliorer cette appropriation, je souhaiterais que les cadre nationaux fassent parties intégrantes des groupes thématiques UNDAF existants. Cette implication, comme recommandée par l’équipe technique du 31 mars, permettra une meilleure connaissance de l’outil UNDAF afin qu’il soit bien mis en œuvre et suivi ».

Suite à ces deux discours, l’atelier a continué avec la présentation de la nouvelle mouture du rapport de l’évaluation à mi-parcours de l’UNDAF et des discussions avec les parties présentes ont enrichi de nouveau ce rapport. La présentation du consultant s’est déroulée en trois parties, la première consistant au contexte et à la méthodologie, la deuxième sur les progrès vers les résultats avec notamment une présentation succincte des effets, de leur réalisation et de la probabilité de leur atteinte. La troisième partie se basait sur les principales recommandations dont la plus importante vis-à-vis du Gouvernement consistait en la prise du leadership politique et technique dans la mise en œuvre de l’UNDAF, au SNU de créer un véritable bureau de la coordination responsable du suivi et de l’évaluation de l’UNDAF et enfin aux deux de préparer un programme conjoint pour consolider les acquis, atteindre les OMD et préparer le Delivering as One.

Après ces deux ateliers, le Consultant a pris en considération les recommandations faites et enverra le rapport final de cette évaluation à toutes les parties prenantes. La participation de la partie nationale a été importante et tous les domaines, à savoir la santé, l’éducation, la justice, les affaires étrangères, le plan et les finances notamment, étaient représentés et se sont associés à ce travail.

 

[1] Les agences résidentes sont composées du PNUD, de l’UNICEF, de l’UNFPA, de l’OMS et du PAM, tandis que les agences non résidentes sont composées de la FAO, de l’UNESCO, du BIT, de l’OHCHR, de l’ONUDI, de l’ONUDC et de la CNUCED.