Position Africaine Commune sur le programme de Développement Post 2015

28 févr. 2014

Comme vous vous en souviendrez peut-être, en mai 2013 l'Union africaine mis en place un Comité de haut niveau (HLC) de dix chefs d'Etat ( l'Algérie, le Tchad, le Congo, l'Ethiopie, la Guinée, à Maurice, en Mauritanie, en Namibie, au Libéria et en Afrique du Sud), présidé par le Président Helen Johnson Sirleaf du Libéria pour préparer une position africaine commune (PAC) sur le post 2015 ordre du jour pour le développement et à continuer de plaider en faveur et de veiller à ce que les priorités africaines soient pleinement prises en considération dans les débats politiques et longuement négocié.

Le HLC a conclu un aspect important de son mandat par le lancement de la Position commune africaine, le 28 Février 2014, à N'Djamena, au Tchad. RBA, en collaboration avec la Commission de l'Union africaine, la Banque africaine de développement, la CEA et le FNUAP, a beaucoup contribué à cette réalisation. Je tiens à souligner le rôle que beaucoup d'entre vous ont joué dans l'organisation de consultations nationales sur l'après 2015 ordre du jour, qui a conduit à l'élaboration du rapport de l'ONU Équipe spéciale (Un Million de Voix : Le monde que nous voulons) qui a également apporté une contribution dans ce continental rapport. Le Comité de haut niveau a demandé notre soutien dans la sensibilisation de la Position africaine commune au niveau national. Je transmets donc la position africaine commune finale et le communiqué publié à l'occasion de son lancement à Ndjamena. À cet égard, je voudrais vous demander de faciliter la participation et la sensibilisation nationale sur la PAC, y compris par la diffusion des documents joints à la vaste gamme de parties prenantes (partenaires gouvernementaux, le secteur privé, les OSC, les universités et le développement).