Conférence sur le Contentieux, la Justice et les Conflits électoraux des Pays Africains de Langue Officielle Portugaise et le Timor-Leste

2 déc. 2013

Le juge de la Cour suprême (Photo:PNUD/G.Monteiro)

La Partie III de la Conférence portant sur « Le Contentieux, la Justice et les Conflits Électoraux » des Pays Africains de Langue Officielle Portugaise, nommés PALOP, et le Timor-Leste, s’est déroulée du 2 au 5 Décembre 2013 à l’hôtel Praia de São tomé e Príncipe. Elle était organisée par le Tribunal Suprême de Justice de São Tomé e Príncipe avec le soutien du PNUD, dans le cadre du projet d’appui aux Cycles Électoraux des Pro-PALOP et de Timor-Leste, financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par le PNUD.

Elle faisait suite aux Parties I et II de la même Conférence qui se sont tenues respectivement à Praia, au Cap Vert en 2012 et à Maputo, au Mozambique en Octobre 2013. Elle concerne les pays Africains de Langue Officielle Portugaise, à savoir l’Angola, le Cap Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique et São Tomé e Príncipe ainsi que le Timor Leste, en Asie.

Cette Conférence s’inscrit dans le cadre de l’objectif de Bonne Gouvernance et a choisi de se concentrer sur les besoins spécifiques des pays présents dans ce domaine. En effet, le PNUD supporte les autorités nationales dans le cadre du renforcement de l’engagement civique aux niveaux local, régional et national. Tout ce processus permet une légitimité claire pour les personnes élues.

Cette Conférence s’est déroulée en trois parties distinctes. La première consistait aux discours et photos officiels lors de la Cérémonie d’Ouverture du 2 Décembre 2013, avec pour commencer celui du Représentant Résident du PNUD a.i, Monsieur Antonio Viegas, puis Monsieur José Bandeira, Président du Tribunal Constitutionnel et du Tribunal Suprême de Justice de São Tomé e Príncipe et enfin, Son Excellence Monsieur le Président de la République Manuel Pinto da Costa. Ce dernier, après avoir remercié les participants de leur présence et avoir rappelé l’importance de cette Conférence, a déclaré de façon officielle ouverte cette troisième Partie de la Conférence.

De son côté, le Représentant Résident a.i du PNUD a tenu a rappelé que « pour consolider la Démocratie, il est nécessaire de supporter les efforts pour aller vers des élections libres et transparentes dans lesquelles chaque Citoyen, Homme ou Femme, doit pouvoir s’exprimer en toute transparence et légalité. De plus, si les élections se déroulent dans le respect du cadre légal international, les conflits électoraux en seront d’autant plus diminués ».

Il précise également que « l’amélioration de la transparence du processus législatif afin qu’il soit à la portée de chaque Citoyen ouvre la voie à une meilleure accessibilité et efficacité dans l’obligation de rendre des comptes politiques aux électeurs afin de maintenir le Parlement en contact de façon plus régulière avec les Communautés ».

La deuxième partie de la Conférence s’est concentrée sur le travail à proprement parlé des 60 conférenciers des 6 pays, avec comme modérateur Monsieur Ricardo Godinho Gomes, responsable du projet Pro-PALOP et TL. Les participants ont ainsi pu débattre pendant ces 4 jours sur des sujets aussi variés que la transparence dans le système électoral, la théorie de la cascade, la résolution des disputes électorales, le financement du processus électoral dans le contexte de la crise mondiale entre autres.

Certains sujets étaient développés de façon formelle par un seul intervenant comme le sujet sur le droit électoral de langue portugaise, ou bien, traités dans le contexte national de chacun des pays présents par un membre de la délégation comme, par exemple, pour la théorie de la cascade. Après les présentations, des discussions intéressantes et enrichissantes se développaient afin de pouvoir mieux répondre aux différentes problématiques posées dans le cadre des cycles électoraux.

La dernière partie de la Conférence a consisté en sa Cérémonie de clôture le 5 Décembre au matin avec le discours du Président du Tribunal Constitutionnel résumant les apports de celle-ci, puis en la visite de la délégation auprès du président de la République et du Président de l’Assemblée Nationale.

La partie III de la Conférence sur « le Contentieux, la Justice et les Conflits Électoraux » a permis d’approfondir et de continuer le chemin vers des élections toujours plus libres et transparentes dans les PALOP et Timor-Leste. La pratique pour São Tomé e Príncipe va se faire rapidement puisqu’après avoir connu les élections présidentielles en 2011, des élections municipales et législatives sont prévues en 2014.