Renforcement des capacités des communautés rurales aux effets du changement climatique à Sao Tomé et Principe dans les districts de Caué, Mé-Zochi, région autonome de Principe, Lembá, Cantagalo et Lobata

A propos du projet

undpst

 

Context

Sao Tomé-et-Principe (STP) est un des plus petits pays d'Afrique, avec 209 km (130 miles) de  côte. Cette petite nation constitue un archipel situé dans le golfe de Guinée sur l'océan Atlantique, est particulièrement vulnérable aux risques liés au climat, telles que les inondations dans les zones côtières / à l'embouchure des rivières et des tempêtes. En plus de cela, STP a connu une importante variabilité des conditions météorologiques normales, la vérification de la réduction des précipitations à environ 170 mm / an de 1951 à 2010. Ceci, combiné avec l'augmentation continue de la période de Gravana (saison sèche), qui dure actuellement six mois, Avril à Septembre, en contraste frappant avec le schéma habituel de trois mois, Juin à Août, est à l'origine d ‘ une grave sécheresse dans le pays. Il a été constaté que, malgré des précipitations fréquentes, STP subissait périodes de plus en plus longue sécheresse, qui affecte la production alimentaire, en particulier dans la partie nord de l'île de São Tomé. C ‘ est très dommageable pour les communautés agricoles.  Depuis la principale source de revenus de ces communautés est le marché international du cacao, qui est très volatil. D'autre part, les prix des autres biens de consommation pratiqués localement sont bien au-dessus du pouvoir d'achat des résidents de ces collectivités, ce qui touche grandement les communautés. Ces effets négatifs sur l'économie vont s’aggraver à l'avenir, parce que c’est prévu un  changement climatique progressif. Les districts du pays les plus vulnérables sont : Caué, Mé-Zochi, Principe, Cantagalo et Lobata (CMPLCL), où les effets du changement climatique affectent de manière significative les moyens de subsistance des communautés rurales.

Pour cela, le pays doit développer sa capacité de s'adapter à ces aléas climatiques et devrait donc développer des mécanismes d´adaptation  pour limiter les impacts négatifs du changement climatique et de relever les défis socio- économiques et de développement du pays de manière efficace.  Ce projet PNUD GEF avec les fonds LDCF à hauteur de 4.000.000 USD va à travers les activités prévues,  va améliorer la situation des agriculteurs et des pêcheurs avec des solutions adaptables pour atténuer ces phénomènes et augmenter la resilience.

Pour cela, le projet va investir dans le renforcement des capacités des institutions clés,  (Direction de l'Agriculture, CATAP, CADR et CIAT) pour le développement rural, le développement des structures communautaires pour la prise de décision pour améliorer les moyens de subsistance des populations, la divulgation des méthodes de l'agriculture de subsistance et la promotion des investissements pour augmenter les moyens de subsistance.

Résultats atteints

  • Réalisation de LPAC
  • Signature de LOA - letter of agreement
  • Réalisation d'un atelier technique sur le projet
  • Elaboration du Plan Annuel de Travail

Résultats escomptés



  • Recrutement du staff du projet
  • Atelier de lancement de la mise en oeuvre des activités prévues du projet en Juin 2015