Deuxième Rapport National Suivi - 2008

01 oct. 2008
image

Résume

L’extrême pauvreté dans laquelle vivent des millions d’enfants, de personnes âgées et  d’hommes dans le monde entier a un coût social important et, dans l’immédiat, est la  cause de pertes irréparables dans le potentiel des respectives sociétés car elle empêche  la création continue de richesses et provoque des dépenses sociales auxquelles les budgets des Etats ne peuvent donner de réponse.

Dans un monde de plus en plus globalisé et interdépendant, la réduction du fossé  entre les pays développés et les pays pauvres devient ainsi un véritable défi rencontré par la  modernité, dans le cadre de la coopération pour le développement.

 

La Déclaration du Millénaire adoptée en septembre 2001  par les représentants de 189 Etats membres de l’Organisation des Nations Unies, y compris 147 Chefs d’Etat  et de Gouvernement, parmi lesquels le Président de la République Démocratique de Sao Tomé et Principe, est venue lancer un processus décisif relativement à la coopération globale au 21ème  siècle et a donné un énorme élan aux questions de développement, par l’approbation par la communautés internationale des alors dits Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)2 qui devaient être atteints dans un délai de 25 ans (1990- 2015).

 

D’autres conférences internationales succèderont à la Déclaration du Millénaire et, d’une part, sont venues réaffirmer l’engagement de la communauté des donateurs et des pays bénéficiaires de l’aide quant à la recherche de sources de financement innovatrices et alternatives et, d’autres part, ont rendu évident le besoin de création d’un nouvel esprit de partenariat et d’un concept de coopération pour le développement qui repose sur l’interaction entre le commerce, le financement et le développement.